A Travellerspoint blog

Kafue National Park, petites bêtes et grand prédateur

sunny 36 °C
View Africa on Lucile.P's travel map.

Deuxième jour dans le Kafue National Park, et la bonne nouvelle est que personne n'a été mangé par un hippo dans la nuit !
Nous nous réveillons avec les premières lumières du jour et le chant (ou devrais-je dire le vacarme) des oiseaux. Quelques hippos poussent la chansonnette depuis la rivière. En écrivant ce post, je suis encerclée de musiques absolument dégueulasses à mon goût émanant de tous les clubs autour du camp où nous sommes à Livingstone, et je me rends compte à quel point les sons de la savane, bien que m'ayant réveillée, étaient 100 000 fois plus agréables...

Nous avons rendez-vous cette fois-ci à 7h avec Leneke pour un safari à pieds. Nous sommes accompagnés par Timoth, un ranger du parc. Armé d'un fusil, il précède notre file indienne.
IMG_0337.JPG

Pendant les 2h30 que dure notre marche, nous ne nous déplaçons que sur des chemins tracés par des animaux. Nous apercevons de nombreux groupes de pukus, qui nous dévisagent mais s'enfuient moins vite que lorsque nous sommes en voiture.
Un safari à pied donne l'occasion de se concentrer sur les plus petites choses de la nature, mais aussi sur le sol et les milliards d'informations qui s'y trouvent. Nous commençons par une leçon sur le Small Five, à savoir les cinq petits animaux du coin qui ont des noms comportant un Big Five dedans. Comme leur nom l'indique, ils sont au nombre de cinq : la tortue léopard, le scarabée rhinocéros, la fourmilion, la musaraigne éléphant et l’alecto (Buffalo Weaver en anglais).
Leneke nous montre de près la foumilion après l'avoir dénichée du fond de son trou dans le sol. Les autres resteront invisibles pour la matinée.

Nous découvrons plusieurs types d'arbres et de plantes, qui semblent tous avoir des vertus médicinales, voire magiques. L'un d'entre eux soignerait les cancers ! Parmi toutes ces propriétés attribuées, il semblerait que seulement deux ou trois aient été scientifiquement prouvées. Mais peut-être les croyances africaines anciennes sont-elles en avance sur la médecine, qui sait ?

Je suis impressionnée au cours de cette matinée par les changements de décor permanents autour de nous, alors que nous nous éloignons peu du camp finalement. Nous passons en quelques pas d'un environnement encore assez verdoyant à une zone désertique. Je me demande à quoi ressemble ce parc en saison des pluies, et je me dis que j'y reviendrais bien un jour pour voir ça.
IMG_0351.JPGIMG_0340.JPGIMG_0344.JPG80c99f30-c4d7-11e8-bc6b-3bf307948d6d.JPG

Au cours de la matinée, nous en apprenons plus sur le rôle essentiel des éléphants dans l'écosystème local, sans pour autant les rencontrer. En revanche, leurs excréments sont la base d'un cours sur l'animal. Les éléphants ne digèrent que 40% de ce qu'ils mangent, et rendent donc tout le reste à Mère Nature. Du fait de leurs longues promenades, ils transportent ainsi graines et nutriments pour de nombreux animaux qui viennent se nourrir dans leurs excréments. Ils sèment également de nouveaux arbres, parfois à des endroits un peu improbables, en transportant les noyaux des fruits qu'ils mangent d'un endroit à un autre. Ainsi, s'ils sont plutôt réputés pour leur tendance de déracineurs, ils sont aussi des semeurs. Contrairement à l'homme, qui replante rarement après avoir arraché...
Nous apprenons par la même occasion que les éléphants ne font jamais tomber d'arbres fruitiers, pour être sûrs d'avoir toujours de quoi se nourrir.

De retour au camp, Timoth nous met au défi de lui citer les noms des Small Five. Si nous y arrivons d'ici le lendemain matin, il promet de nous offrir une journée de droits d'entrée au parc ! La tâche est ardue car nous avons tellement entendu de noms dans la matinée que nous n'arrivons à ce moment-là à n'en citer que deux...
 
Il n'est que 9h30 quand nous revenons au camp mais la chaleur nous accable. Impossible de se reposer dans la tente qui est un véritable fourneau. Nous trouvons de l'ombre et un peu de fraîcheur au bar du camp, quasi déserté étant donné que nous sommes en basse saison pour le parc. Allongée dans une légère brise, je m'endors plus de deux heures !

Au réveil, nous partons pour un petit tour dans le camp, où nous assistons à la planque d'un croco, bien camouflé en bord de rivière...
41efc4e0-c4d9-11e8-88ea-d3ce4e7211e8.JPG3bc98510-c4d9-11e8-88ea-d3ce4e7211e8.JPG

Nous déjeunons très rapidement (la chaleur développe un spectre de flemme tellement large...) et nous sommes alors rejointes par deux gars d'un groupe de 12 Sud-Africains / Swazi, en virée "mecs" pour deux semaines. Ils sont plutôt sympathiques et nous proposent d'aller pêcher avec eux. Comme nous n'avons rien à faire à part nous dessécher jusqu'à 18h et notre safari de nuit, nous les suivons. J'attrape même un poisson ! L'après-midi est bien agréable au bord de la rivière, même si quelques hippos pas contents de notre intrusion nous font reculer un peu par moments.
large_IMG_6246.JPG

À 18h, nous retrouvons Leneke et Stan pour un dernier tour dans le parc, en voiture cette fois-ci. La soirée et la nuit sont plutôt calmes par rapport à ce que nous avons connu au South Luangwa National Park, mais la fraîcheur ne fait vraiment pas de mal. Nous croisons plusieurs musaraignes éléphants, ce qui nous donne l'occasion de réviser le Small Five avec Leneke.

Stan nous trouve de nouveau un superbe endroit en bord de rivière pour le coucher du soleil, auquel nous assistons en observant les hippos se rapprocher de la rive, en préparation pour leur nuit de récupération de forces sur la terre ferme. Je profite également de la proximité de la rive pour réviser ma leçon du matin et partir à la recherche des empruntes de pas des animaux du coin.
large_IMG_0428.JPGIMG_0423.JPGIMG_0422.JPG

Pour la seconde partie du safari, Leneke nous allume un feu bien spécial à l'arrière du camion : la bouse d'éléphant (encore lui !) a cette particularité de faire fuir les mouches tsé-tsé, véritable fléau du parc.
IMG_0439.JPG

La lune est pleine et rouge, ce qui éclaire peu. Leneke nous dit que c'est plutôt bon signe pour croiser des prédateurs. En effet, ceux-ci ne sortent d'habitude pas par nuit de pleine lune car ils sont trop facilement repérables. Ce soir pourrait donc être une exception. Et ça ne manque pas ! Un léopard gracieux sort d'un fourré pour traverser la piste devant notre voiture. Anaïs est aux anges ! Nous le suivons jusqu'à ce que la route ne le permette plus.
IMG_0446.JPG

Leneke et Stan tournent encore une bonne demi-heure dans l'espoir de dénicher un lion ou un guépard, mais ceux-ci ne se montreront pas. Nous rentrons au camp pour dîner (sans hippo cette fois-ci) et nous nous couchons repues d'émotions.

Le lendemain matin, nous plions le camp et nous rendons à la réception pour payer le camp et le parc. Nous y retrouvons Timoth, à qui nous arrivons à (presque) citer le Small Five. Disons que nous sommes à 4,5 / 5 car nous ne souvenons plus des termes exaxts pour le buffalo weaver. Timoth considère que nous avons passé le test et nous offre, comme promis, une journée de parc ! Je suis étonnée qu'il le fasse vraiment, je pensais que c'était une blague. Mais nous sommes bien contentes d'économiser cet argent quand même, car nous ne sommes pas en train de vivre des vacances pas chères...

Un autre guide du camp (dont j'ai oublié le nom) nous conduit jusqu'à Hook Bridge, où l'objectif est de monter dans un bus en direction de Lusaka. Nous avons à peine le temps d'arriver au pont qu'un bus s'arrête pour nous prendre. Une trentaine de minutes plus tard, le bus tombe en panne. Nous regrettons un instant d'avoir demandé "le premier bus qui passe" à notre chauffeur. Mais la panne ne dure pas trop et nous repartons vers la capitale où nous attend notre ami Clifford.

Nous nous rendons de nouveau au Lusaka Backpackers, que je me surprends presque à appeler "maison". Ce sont nos deux dernières nuits là-bas, avant de nous diriger vers le Sud et le reste du voyage. Nous n'avions pas du tout prévu de passer autant de temps à Lusaka. Mais finalement, ce point de chute se sera révélé bien agréable et très pratique.

Nous quittons définitivement Lusaka en direction de Livingstone, d'où nous allons rayonner pour nos deux dernières étapes zambiennes : les chutes Victoria (côté Zambie) et kes chutes de Sioma (province de l'Ouest de Zambie)

Posted by Lucile.P 11:36 Archived in Zambia

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Comments

Merci pour ce récit!! On a l'impression d'y être!! Faites attention à vous... et aux crocos! <3

by Elle_k

Comments on this blog entry are now closed to non-Travellerspoint members. You can still leave a comment if you are a member of Travellerspoint.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint